TROIS AMIS ZEN A LEUR ZÉNITH !

Publié par Jean-François Clausse le


Après l’immense succès de leur livre Trois Amis en Quête de Sagesse”, et à l’occasion de la sortie de leur tout nouveau ”A Nous la Liberté”, Matthieu RICARD, Alexandre JOLLIEN et Christophe ANDRE ont donné une conférence au Zénith de Nancy. Le thème :

”Etre libre, le grand chantier de l’existence.
Comment nous libérer de nos automatismes, peurs et dépendances…”

Vaste chantier effectivement mais aussi l’occasion pour ma petite voix intérieure de garder un peu le silence et d’écouter la bonne parole de ces 3 amis zen au Zénith de leur popularité. Curieux aussi, il faut bien le dire, de voir ces trois maîtres en introspection spirituelle faire le show dans un temple du spectacle devant 3500 personnes ! Exercice a priori antinomique mais finalement pas tant que ça…

 

© Sandrine Roudeix

—-


 

J’aime cette petite blague spirituelle de Pierre Desproges qui dit :

”Les rois mages étaient trois : il y avait César et pis Marius et pis Fanny” 🙂

Elle me fait sourire à chaque fois et, en cette date pas si éloignée du 6 janvier, j’y ai repensé en voyant ces trois amis en quête de sagesse entrer sur scène.
Car effectivement il y avait quelque chose ”d’épiphanique” dans leur arrivée.
Un psychiatre, un philosophe et un moine… L’attelage est hétéroclite comme pouvait l’être celui formé par Gaspard, Melchior et Balthazar. Et finalement, tout comme eux, n’ont–ils pas suivi leur (bonne) étoile pour se présenter à nous chacun avec son message à offrir ? 😉

En cette soirée glaciale où les doudounes se pressaient les unes contre les autres, on pouvait sentir cette ferveur des moments solennels. Sans doute à cause du prestige des ”artistes” du soir et de la rareté de la prestation (cette conférence était la seule programmée en province), mais aussi parce que le propos était profond et les enjeux individuels conséquents pour qui désirait s’imprégner au mieux des sages conseils des trois vedettes du jour.

Ferveur et concentration donc mais également bonne humeur parce que les compères s’y entendent pour distiller deci delà quelques saillies humoristiques et bienveillantes entre eux ou à destination de l’assistance. Bref, on s’est instruit autant qu’on s’est amusé ! 🙂

Mes attentes

J’aime ces trois potes. Individuellement par leur parcours, leur esprit, leur cœur, leur talent de conteur et leur engagement. Mais je les aime aussi ensemble par ce qu’ils représentent d’intelligence et de fraternité quand trois personnes aussi différentes se respectent et s’écoutent.
Mon attente principale se situait donc à ce niveau : ressentir cette bienveillante et amicale intelligence mais aussi voir comment elle pouvait se transmettre à un public si nombreux.

 

Mes doutes

Mes doutes ou mes interrogations se situaient plus au niveau de la forme : pourquoi et comment faire d’une démarche spirituelle (qui parle donc à l’intime) un grand spectacle ? Je me méfie des shows en développement personnel ou spirituel dans lesquelles les foules exaltées écoutent leurs maîtres avec une dévotion passionnée. Le côté business assumé me dérange un peu (on est forcément en tournée promotionnelle d’un futur best seller) et j’avoue mon a priori au début de l’événement…

Les grandes questions abordées

Le propos a tourné bien évidemment autour du thème principal qui est aussi celui de leur nouveau livre  ‘A Nous la Liberté comment devenir plus libre ? Mais aussi : quelles sont nos aspirations les plus profondes ? Comment diminuer le mal-être ? Comment vivre avec les autres ? Comment développer notre capacité au bonheur et à l’altruisme ?

Pour chaque thème, ils ont raconté leur expérience, leurs efforts et les leçons apprises sur leur chemin. Chaque fois, ils ont aussi proposé des conseils et des petits exercices dont je vous parle plus bas. Vous allez voir que leurs points de vue sont parfois différents, mais qu’ils se retrouvent toujours sur l’essentiel. C’est pour cette raison que je ferai ici peu de citations des uns ou des autres et que je vais me contenter de résumer la teneur générale des propos.

La liberté intérieure c’est quoi ?

C’est d’abord une prise de conscience de toutes nos chaînes invisibles. Celles qui nous empêchent d’atteindre nos objectifs ou de nous rapprocher de nos idéaux. Elles ne sont pas qu’à l’extérieur de nous, elles sont aussi à l’intérieur et nous empêchent d’aller vers ce que nous voulons.
L’enjeu pour nous est donc de cesser d’être le jouet de cet esprit envahi par nos pensées vagabondes et nos enchaînements mentaux qui nous oblige à errer d’une émotion à une autre, d’une peur à une autre, pour le conduire là où nous voulons qu’il aille.
Plus qu’un aboutissement ou un idéal à atteindre, c’est un long processus empli d’obstacles. Il va nous falloir travailler et pendant toute une vie !

 

Blocages intérieurs

Pour Alexandre Jollien , on donne trop souvent la télécommande de notre intérieur soit au ”on” qui déresponsabilise soit à un ego bancal et apeuré. Se libérer intérieurement consiste donc pour lui à surmonter ces deux plus gros blocages en :

”se détachant de ces deux tyrans pour essayer d’aimer librement l’autre et cohabiter dans la joie avec le monde”.

Souvent, la vraie question pour nous, êtres humains engagés dans notre quotidien, se résume à : ”la liberté intérieure est-elle possible malgré nos automatismes, les déterminismes (niveau d’éducation, niveau de vie, condition sociale, santé…) et ces blocages ?”.
La réponse commence à apparaître quand nous réussissons à repérer quelques obstacles majeurs comme :

La peur

Les peurs sont nombreuses : peur de ne pas être à la hauteur, peur de mal faire, peur de faire du mal, peur d’avoir peur… Les résistances sont là. Elles peuvent parfois nous pousser à nous libérer mais souvent elles nous asservissent et nous paralysent.
Par ailleurs, oui, être libre peut faire peur ! On peut à la fois espérer se libérer mais en même temps le craindre. Parfois nous savons ce vers quoi nous devrions aller mais nous n’y allons pas. Parce qu’être libre c’est d’abord être responsable et que ce choix peut faire peur.

”Cherchons nos peurs et nous saurons où sont nos combats à mener.” Christophe André


Le narcissisme

Le narcissisme désigne l’amour de soi. Cet amour excessif est LE manque de liberté par excellence ! Faire tourner les regards et sa vie entière autour de soi reflète aussi une peur : celle de ne pas recevoir ce qu’on mérite. C’est surtout un un appauvrissement intérieur. Une entrave extrêmement puissante à sa liberté intérieure.


L’aveuglement

Pour Mathieu Ricard l’aveuglement est l’obstacle ultime.

”Les hommes se trompent en ce qu’ils se croient libres”. Spinoza

On se croit libre quand on surfe sur internet, quand on achète dans les grands magasins alors qu’on est en permanence sous influence voire manipulé par une société d’ultra consommation. Le discernement pour lutter contre cet asservissement sociétal est important et, ça aussi, c’est un boulot permanent !


La paresse

Elle se décline sous trois formes  :

  1. En faire le moins possible.
  2. Renoncer à la course avant la ligne de départ.
  3. Savoir ce qui est important à faire mais ne pas le faire. Ca s’appelle : l’acrasie. C’est en quelque sorte :”Je veux. Je peux car j’en suis capable, mais je ne me vois pas le faire.”C’est le grand écart entre notre bonne volonté et nos résistances.

 


 

Se libérer. Oui mais comment ?

Se libérer prend du temps. Il faut bien comprendre que nous nous sommes construits sur des centaines de pensées et d’émotions qui ont froissé le tissu de notre vie.
Il va donc s’agir ici de se ”défroisser”, de se libérer pensées après pensées, émotions après émotions… Comment ? En passant par l’expérience de la vie !

 

 

Quelques outils

 

S’arrêter !

Première chose à faire : s’arrêter. Faire un pas de côté et se demander ce qui nous anime dans cet instant : notre envie profonde ou notre esprit qui tourne à vide ?

Identifier !

Ensuite, identifier le mode de pilotage automatique dans lequel on est en train de fonctionner. Qu’est-ce que je ressens ? Quelle est cette émotion ? Qu’est-ce qui est touché en moi ?

Fractionner !

L’objectif ”se libérer” peut paraître trop grand. Il peut fait peur. Se dire ”voilà où j’en suis et voilà où je veux aller” peut nous paraître un fossé impossible à combler.
Il convient alors de fractionner l’objectif. De se créer des étapes et de fragmenter en petites choses, en petits efforts à faire chaque jour. ”Juste pour aujourd’hui” comme on dit en Reiki.

”Aujourd’hui je vais essayer de ne pas avoir peur du jugement des autres. Demain j’essaierai une autre action comme : ne pas me mettre en colère.”

 

S’entraîner !

Il faut bien se dire une chose : notre esprit ne nous obéira jamais au doigt et à l’œil ! On ne peut pas lui demander de se plier à notre volonté comme on plie un doigt.
En revanche, il est possible de cultiver son discernement ou de déréguler sa colère par exemple. On ne sera pas parfait mais on va mieux fonctionner en travaillant !
Il faut donc entraîner son esprit à moins souffrir, à moins faire souffrir et à cultiver ses propres qualités.

 

Tester !

Soyons comme des scientifiques : testons et agissons ! Essayons des actions que nous n’avons pas l’habitude de faire. Validons leur résultat par nos ressentis et par ceux des autres avec qui nous sommes en interaction.
Le changement et la libération intérieure passeront par des actes répétés qui auront des répercussions sur notre être et sur notre mieux être…

 

Méditer !

En cas d’émotion forte, méditer permet de relâcher l’étreinte et d’ouvrir son esprit à l’émotion. En respirant calmement nous nous ramenons au réel et pouvons observer les crispations de notre corps ainsi que le va et vient de nos pensées.

Arrêter le temps par la méditation est un accroissement de notre liberté intérieure. Suivre le flot de nos émotions en est une réduction.

 


Mes conclusions


Pourquoi ça fonctionne si bien entre eux ?

On ne voit pas le temps passer avec eux (plus de deux heures de discussion entrecoupées par trois méditations de quelques minutes guidées par chacun des intervenants) et, vraiment, on prend un réel plaisir à les écouter dialoguer, disserter. Voici pourquoi à mon avis :

 

Trois chemins différents…

”Le psychiatre, le philosophe et le moine”… Rien que sur le papier ça ressemble à un conte bouddhiste et, déjà, avant même qu’ils ne commencent à parler, il nous semble qu’il y a moyen que ce trio fonctionne et que ces trois là nous apprennent des tas de choses ! 🙂

Pour information ou pour rappel :

Christophe André est médecin psychiatre et psychothérapeute. Il a été l’un des premiers à introduire l’usage de la méditation en psychothérapie.

Alexandre Jollien, handicapé de naissance, est philosophe et auteur d’une œuvre dont la réflexion porte globalement sur la thérapie de l’âme.

Matthieu Ricard est docteur en génétique cellulaire mais aussi moine bouddhiste tibétain et photographe. Ayant consacré sa vie à l’étude et à la pratique du bouddhisme auprès de grands maîtres spirituels tibétains, il est l’interprète français du Dalaï-Lama depuis 1989.

 

Trois amis différents…

Ces trois amis en quête de liberté intérieure sont ‘‘de vrais amis dans la vraie vie” comme se plaît à le dire Mathieu Ricard. On les connaît pour leur sagesse, les valeurs qu’ils défendent dans leurs livres et dans les médias. Chacun dans son domaine est l’auteur de best-sellers qui touchent un vaste public et, en unissant leurs voix (voies 😉 ), ils nous parlent finalement de ce qui fait l’essentiel de la vie d’un homme.
Leur collaboration ressemble a un véritable projet humaniste basé sur leurs expériences et utile au plus grand nombre. Il s’en dégage une vraie ambiance de ”potes”, heureux d’être ensemble, qui posent sur la vie des regards parfois divergents mais convergents vers les autres.

 

Ma petite leçon personnelle !

La bienveillance et l’altruisme sont donc tout à fait sincères à mon sens plus que ce business équivoque que je suspectais au début.
D’autant que… la recette de la soirée a été versée à l’association pilotée par Matthieu Ricard Karuna Schechenqui met en œuvre des projets humanitaires pour les populations défavorisées d’Inde, du Népal et du Tibet.
Bonne leçon pour moi donc sur un jugement que j’émettais à propos du montant de la somme récoltée avec un tel rassemblement…
Je vais m’en aller de ce pas travailler mon rapport à l’argent et les blocages qui y sont liés ! 😉

 

Une même énergie !

Ces trois amis ne sont ni perchés, ni en retrait du monde et, de ce mélange entre élévation spirituelle et un réel ancrage dans leur quotidien, naît une énergie très positive et réjouissante. Leurs regards se complètent et c’est la bienveillance qui les réunit ainsi que l’idée que :

”On peut progresser même à l’article de la mort en disant oui au monde.” Alexandre Jollien.

Ce qui me plaît chez eux c’est aussi leurs contrastes. Dans leur parcours de vie, certes, mais aussi dans leur propre personnalité. Regardez :

Matthieu Ricard : moine bouddhiste donc a priori détaché mais qu’on sent empressé avec un débit de parole élevé et un discours parfois tranché et acéré comme un sabre.

Christophe André : un côté froid dans son personnage mais une vraie bienveillance presque palpable dans ses propos avec, d’abord une précision d’élocution, mais aussi une rondeur dans son phrasé qui contraste avec son physique élancé et son visage émacié.

Alexandre Jollien : le corps en vrac mais l’esprit tellement clarifié par la pratique de la philosophie ! Il réussit, malgré ses difficultés d’élocution, à la rendre accessible à nos oreilles profanes à coup d’anecdotes personnelles ou de citations toujours bien senties.
Peut-être finalement, le plus pédagogue et le plus clair des trois… Il fait mouche à chaque fois et embarque l’assistance avec ses blagues a priori potaches mais qui marquent suffisamment les esprits pour éclairer des notions philosophiques complexes.

Ces drôles de décalages les rendent encore plus touchants, accessibles et humains. Pour paraphraser un des ouvrages de Christophe André, on les sent ”imparfaits, libres et heureux” . Et, dans cette expression de leurs personnalités, ils ont la touchante délicatesse de nous laisser imaginer que nous pouvons l’être autant qu’eux !

A condition qu’on y travaille alors… c’est parti ?! 😉

 

N’hésitez pas à laisser vos opinions et commentaires si vous les avez vus au Zénith, à la télévision ou si vous avez lu leurs ouvrages. Votre avis m’intéresse !

 


Bibliographie


Leur bibliographie est tellement conséquente, que je ne vous laisse ici que mon livre ”conseil” pour chacun d’entre eux ! 🙂

”Méditer, jour après jour” de Christophe André. Si vous êtes débutant(e), laissez vous prendre par la main en douceur et vous guider dans cette pratique pas si évidente que ça à aborder !

 


‘Plaidoyer pour le bonheur” de Mathieu Ricard. Je ne vais pas commencer à vous raconter des histoires, je ne l’ai pas lu ! :-). Mais que ce soit ce livre ou ‘‘l’Art de la Méditation”, le verbe de Mathieu Ricard est intéressant pour son expérience de vie et sa proximité avec le Dalaï Lama. Fort de sa double culture, il propose ici une alternative à l’individualisme et examine les facteurs qui aident à trouver le chemin du bonheur.


 

”Petit Traité de l’Abandon. Pensées pour accueillir’ d’Alexandre Jollien. Celui-ci je l’ai lu ! 😉 Et je le relis encore au hasard d’un chapitre comme on ouvre une fenêtre pour aérer ou qu’on se boit une bière un soir d’été… Pour se faire du bien et se rafraîchir !
Dans ce livre Alexandre Jollien nous explique comment oser l’abandon plutôt que la lutte. Comment s’abandonner à la vie sans baisser les bras. Un de mes dadas ! Mais surtout l’ouverture incroyable d’un chemin vers la libération intérieure. Indispensable.


 

 

Likez, Tweetez, Commentez, Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Evénement

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *