FAIRE BOUGER LES LIGNES DE SA VIE EN 7 ÉTAPES, 1 JOURNÉE, 0 EXCUSE !

Publié par Jean-François Clausse le


Vous êtes quelques-uns à m’avoir demandé si c’est vraiment possible de commencer à faire bouger les lignes de sa vie tout seul, comme ça, sans psy, sans méthode compliquée, sans médicament, sans formule magique, juste en écoutant sa petite voix intérieure.
Ma réponse est :
Oui c’est possible
et… oui je vais vous montrer comment faire en commençant dès demain matin.
Pourquoi le matin ? Parce que ça va vous prendre une journée du lever au coucher.
Pourquoi demain ? Parce que si vous ne commencez pas demain vous ne commencerez jamais ! 🙂
Alors on y va ?!

 


‘’Le meilleur moment pour planter un arbre c’était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment c’est maintenant.’’ Proverbe chinois


PREAMBULE
Dites-vous bien une chose…

ON NE CHANGE PAS SA VIE

On ne change pas non plus DE vie.
On change juste les petites choses de sa vie.
Chaque jour. L’un après l’autre. ‘’Juste pour aujourd’hui’’ comme on dit en Reiki.
Ce sont de toutes petites choses que je vais vous suggérer ici. Et c’est en changeant ces petits riens que vous verrez apparaître les contours de ce que vous pourrez envisagez comme un changement dans votre vie. Vraiment.
Par ailleurs…

RIEN NE SE FERA EN UNE FOIS

L’interrupteur qui va vous permettre de passer de : VOUS à –> clic ! –> VOUS-MAIS-EN-MIEUX n’existe pas !
Laissez Harry Potter et sa baguette magique ainsi que tous les vendeurs de rêves là où ils sont. Rien ne se fera sans vous, sans votre volonté pour vous mettre en action et sans votre foi pour persévérer.
Aucune des actions que je vais vous présenter dans les lignes qui suivent ne fonctionneront si :

  1. Vous ne les essayez pas.
  2. Vous ne persistez pas.

En revanche, je vous promets que…

TOUT SERA POSSIBLE TOUT LE TEMPS

A chaque instant. A chaque seconde. Même si vous échouez. Même si vous oubliez. Même si vous procrastinez. Même si vous n’y croyez plus. Même si vous recommencez à zéro… les choses peuvent changer si VOUS le voulez vraiment. Ici et maintenant.
Rien de ce que vous pensez être figé dans votre vie actuelle ne l’est totalement. Il va vous suffire d’un pas de côté, d’un peu de mouvement inhabituel pour voir se transformer peu à peu votre quotidien.
Alors ? Prêts ?… C’est parti !

 


ÉTAPE 1 – JE RESPIRE

6h25 : le réveil sonne. Première pensée : préparer les petits. Deuxième pensée : aaargh la réunion à 8h30 ! Troisiè… STOOOP !
Voilà pourquoi vous avez fait sonner votre réveil 5’ plus tôt. Pour ne pas penser. Pour prendre le temps de reeeespirer…

POURQUOI COMMENCER SA JOURNÉE EN RESPIRANT ?

  1. Parce que vous avez besoin de vous oxygéner le cerveau en inspirant profondément après avoir respiré toute la nuit par petites goulées. Il vous faut réveiller votre colonne d’air.
  2. Parce que vous avez besoin de sortir de vos rêves. Parfois ils ont été bons et vous avez passé une super nuit mais franchement… ça vous arrive vraiment souvent ?… Un mauvais rêve pour finir votre nuit et bim ! vous vous réveillez avec un poids sur la poitrine et vous allez le garder toute la matinée. Prenez donc le temps de vous débarrasser de lui en respirant profondément et de reprendre contact avec votre réalité.
  3. J’aurais dû commencer par là : parce que respirer est le cadeau de votre vie ! Non mais vraiment ! De notre premier cri à notre dernier souffle, tout commence et tout se termine par un souffle dans notre vie. Alors respirez… Honorez votre corps… Honorez la vie qui vous traverse… Sentez cet air voyager de vos narines jusqu’au bout de vos bronchioles et retour. Si vous n’en prenez pas conscience de temps en temps vous allez vivre comme un robot. Vous avez déjà cette impression là ?… Alors il est grand temps !

L’EXERCICE

Vous êtes allongé. C’est parfait, c’est la position idéale pour apprendre à respirer.
Posez votre main droite sur votre ventre et la gauche sur votre poitrine. Maintenant :

  1. Inspirez en poussant d’abord votre main droite avec votre ventre. Enchaînez en soulevant votre main gauche avec votre poitrine jusqu’à remplir totalement vos poumons.
  2. Expirez lentement en rentrant d’abord le ventre puis en rabaissant votre poitrine.

(Comme ça mais allongé quoi…)

Faites-le 3 fois au minimum. Pendant 5 minutes au mieux.
C’est bon hein ?! 😉


ÉTAPE 2 – JE FAIS LE CALME

6h31 : Nooooooon ne gâchez pas tout ! Mais qu’est-ce que vous faites ?!… On n’était pas bien là ? Au calme ?…
Éteignez cette radio ! Éteignez ce téléviseur !
Désolé d’être aussi vindicatif mais franchement… A quel moment s’est-on persuadé qu’il fallait absolument commencer notre journée par un flash info de BFM TV et se tenir au courant heure par heure de l’actualité ?!

Le jour où je me suis posé cette question et que j’y ai répondu en petit-déjeunant devant ma TV éteinte, la tonalité de mes journées a commencé à changer véritablement.
Ce petit rituel anodin, a priori inoffensif et sans conséquence, d’allumer son téléviseur ou sa radio participe grandement à la détérioration de notre paix intérieure.
Rassurez-vous, si une information importante doit arriver à vos oreilles, ce sera fait dans les heures qui viennent grâce à votre entourage à la faveur d’un coup de téléphone ou d’un coup d’œil à vos réseaux sociaux favoris. Il sera toujours temps de vous mettre à jour à cet instant.

Petit rappel : un quotidien traite à la louche une centaine d’informations, un flash radio ou TV une dizaine, quand ça n’est pas une seule info dramatique qui tourne en boucle pendant 12 minutes…
C’est à dire que la sélection de nouvelles qui vous est proposée est drastique et ne concerne QUE les plus inquiétantes, les plus tragiques, les plus graves possibles filtrées par le double prisme des habitudes d’information de votre pays et d’une ligne éditoriale de chaîne.

 

Ce que je suis en train de vous dire c’est que les dizaines de milliers de bonnes nouvelles potentielles qui illuminent les 197 pays et les vies des 7,5 milliards d’êtres humains de notre planète sont purement et simplement inexistantes à notre regard.
Mais pas à notre cœur si on y pense.
Donc pensez-y en prenant votre petit-déjeuner. Offrez-vous cette plage de silence avant le début de votre journée.
Écoutez ce monde vibrer autour de vous.
Vous êtes ce monde. Écoutez-le se réveiller en vous…


ÉTAPE 3 – J’ARRÊTE LES CANCANS

8h00 : Direction la machine à café !
Ici se nouent et se dénouent les histoires d’une bonne partie de votre quotidien. Ici aussi se brisent les derniers remparts de votre paix intérieure.
Allez-y… Regardez et écoutez.
Entre les ‘’Tu connais la dernière ?…’’, les ‘’Faut que je te raconte un truc’’ ou les ‘’Pffff… J’en peux plus de ce c…..’’, l’air de rien, votre niveau de tension est en train de monter d’un cran, accaparé que vous êtes par le dernier scandale de cette boîte que vous adorez détester ou que vous détestez adorer, c’est selon.
Les histoires qui tournent autour de vous, s’enroulent comme des lianes autour de votre sérénité  jusqu’à vous serrer la poitrine. Vous respirez moins bien…
Si l’ambiance n’est pas bonne, un seul mot d’ordre : fuyez cet endroit ! La tension générée par votre job ne vous suffit-elle donc pas ?
Circonstance aggravante : vous participez et alimentez ce bla bla interminable !
Circonstance aggravante n°2 : vous avez lu les 4 Accords Toltèques” de Don Miguel Ruiz et n’appliquez pas le 1er qui est : ”QUE TA PAROLE SOIT IMPECCABLE”.
Et si vous tentiez juste pour aujourd’hui de ne vous mêler à AUCUNE de ces discussions stériles ? Si vous restiez concentré dans votre bulle à faire ce que vous avez à faire juste pour voir comment ça réagit en vous ?…


ÉTAPE 4 – JE NE MANGE PLUS MES ÉMOTIONS

12h30 : L’heure du déjeuner a sonné. Cantine, cuisine, pas le temps, stress, ragots encore, toujours… NON ! Pas aujourd’hui !
Aujourd’hui vous n’avalerez pas votre jambon beurre-chips-soda en cassant du sucre sur le dos du DG. Aujourd’hui vous déjeunez. Vraiment.
C’est à dire que vous vous isolez dans un coin avec votre repas préparé le matin même ou la veille et vous le dégustez. Vraiment. En pensant à ce que vous faites. En offrant à votre corps des aliments qu’il va aimer manger et pas en vous remplissant de la colère qui vous étrangle, du stress qui vous noue ou de l’impatience qui vous affole. Vous prenez une VRAIE pause seul(e) ou avec un(e) collègue zen pour partager un moment tranquille.


ÉTAPE 5 – J’AIME MON ENNEMI

14h30 : Bon. Là on attaque le dur…
Je vous préviens, ça va être pénible. Douloureux même pour certains d’entre vous. Mais pourtant il va falloir le faire…

 

LE BUT DU JEU

Cette garce de collègue. Cet enf…. de chef de service. Ce directeur insupportable. Choisissez-le bien cet ennemi qui vous pourrit la vie au travail. Prenez le pire. Celui qui vous énerve, celle qui vous insupporte ou qui vous terrifie.
L’exercice de l’après-midi consiste à arrêter de le voir comme un(e) adversaire mais comme un(e) allié(e). D’arrêter de le considérer comme un ennemi mais comme un être en souffrance.
”QUOI ?!?! Le voir comme un être en souffrance alors que c’est moi qui souffre ?!! Mais qu’est-ce que c’est que cet article ?!’’
Ne vous emballez pas. Je vous avais prévenu que ce serait douloureux ☺. Je vous rappelle que l’exercice du jour est d’essayer de changer vos habitudes. Alors essayons de jouer le jeu jusqu’au bout voulez-vous ?

L’EXERCICE

Je vous propose ici de regarder chacun de vos collègues, chefs ou collaborateurs comme un professeur. Oui, oui vous avez bien lu. UN PROFESSEUR. Essayez de considérer que chacun d’entre eux, individuellement, a quelque chose à vous apprendre sur vous…
Peut-être que ce que vous ne supportez pas chez cette Charlotte c’est qu’elle est capable de dire tout haut ce que vous n’osez pas revendiquer ? Elle a l’air tellement libre et détachée de tout ‘’cette espèce de sale petite…’’ Caaaalmez-vous !… Tout va bien se passer ☺.
Peut-être que ce Jean-Pierre qui vous bloque dans votre progression est là pour vous révéler votre impatience ? Ou votre ténacité ?…
Peut-être que ce crétin qui vous sert de voisin de bureau a de gros soucis qu’il s’efforce de cacher tant bien que mal ?…

LA LEÇON

Allez-y, changez votre regard sur lui, sur elle. Mieux : allez le voir pour lui parler. Sincèrement. D’être humain à être humain. Vous n’imaginez pas encore le pouvoir de l’empathie ou de la compassion à l’égard d’une personne ‘’qu’on ne sent pas’’.
Ces personnes n’ont pas été mises sur votre route par hasard. Faire un pas vers elles c’est faire un pas vers vous !

 

 


ÉTAPE 6 – J’ÉLIMINE BONNIE & CLYDE

20h00 : Bonnie Parker et Clyde Barrow étaient un couple de braqueurs qui ont sévi dans les années 30 aux États-Unis.
Ce sont aussi les noms que j’ai donnés à un autre couple de tueurs en série qui font régner la terreur chez moi : mon canapé et mon téléviseur !

 

Vautrez-vous dans le premier et allumez le second en soirée juste après votre journée de travail, enfants couchés, courses et vaisselle faites et PAN !… vous êtes mort ! ☺
Donc aujourd’hui on va faire autrement. Ça serait trop bête de lâcher maintenant non ?
Alors prenez ce bouquin que vous avez acheté il y a deux mois et toujours pas entamé.
Vous avez commencé la méditation ou le yoga mais vous n’avez jamais le temps ? Ah ben si… c’est ici et maintenant !
Et cet article sur les étirements que vous avez parcouru dans un magazine ou sur internet… pourquoi ne pas vous allonger sur le tapis avec une musique calme et prendre le temps de dialoguer un peu avec votre corps ?
Ou alors un bain chaud ? Un jeu de société ? Une discussion avec votre conjoint en dégustant une boisson chaude ?… En voilà une drôle d’idée ! 😉
Cherchez bien mais surtout, surtout méfiez-vous des deux pires bandits de votre salon !


ÉTAPE 7 – JE REMERCIE ET JE ME FÉLICITE

22h30 : Voilà vous y êtes… Bravo !
Vous venez de passer une journée différente des autres. Une journée juste pour vous. Ça n’est pas rien et vous avez le droit de vous féliciter. Vous venez de faire ce que 90% des gens ne font jamais : essayer autre chose pour faire bouger sa vie.

 

Oh bien sûr vous n’êtes pas devenu une autre personne. Vous n’avez résolu aucun de vos problèmes. VOUS AVEZ FAIT BIEN MIEUX !!! Vous avez élargi votre espace de liberté !

Vous avez également mis en marche un cercle vertueux qui vous permet :
De respirer différemment.
De vous entendre vivre.
D’écouter votre corps et votre esprit.
De proposer autre chose à votre vie.
De ne plus subir votre quotidien mais d’en devenir acteur.
De vous apaiser.
Bref de vous (re)connecter à vous-même. A votre petite voix intérieure.
Je ne peux que vous encourager à reproduire tout ou partie de ce petit programme. Dès demain matin …
Et juste pour aujourd’hui.


PS : Ne vous fiez pas au ton badin et léger de cet article. Déployer les ailes de sa vie  nécessite de s’apaiser, de s’écouter, de se respecter, mais au-delà, exige un effort et de la discipline. Ces petits exercices n’ont pas la prétention de vous ouvrir les portes du 7ème ciel mais bien de vous aider à faire un premier pas.
Le deuxième vous appartient…


Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager, à le commenter ou à vous abonner au blog afin de ne manquer aucune parution ! Bref…

Likez, Tweetez, Commentez, Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  

6 commentaires

Isabelle Burcheri · 25 février 2019 à 2 h 38 min

Oui, oui, ça marche vraiment! Je connais bien ces lignes, que moi, j’appelle les clefs du Ki… à quelques ajustements prêts. Je témoigne que le plus difficile est d’aimer son ennemi. Non pas que j’aie des ennemis dans la vie, mais parfois, je croise des personnes qui m’agacent. Ce que je fais dans ces cas-là? Premièrement, je me demande toujours pourquoi cette personne croise ma route. Comme dans le livre La prophétie des Andes, ou suite à cette lecture, j’ai la croyance que chaque personne que nous croisons – bonne ou mauvaise ou les 2 – a quelque chose à nous dire, montrer, etc. Deuxièmement, si cette personne m’agace vraiment, je lui dédie une partie de ma méditation et je lui envoie de l’amour inconditionnel. C’est inconditionnel, donc, pas de raisons de ne pas lui en envoyer! La plupart du temps, ladite personne n’est pas responsable de ce qu’elle me fait vivre. Et cela m’apaise de le reconnaître en lui donnant de l’amour. Voilà! Merci pour ces lignes. Toujours un plaisir de te lire! Isabelle

    Jean-François Clausse · 17 avril 2019 à 10 h 38 min

    Merci Isabelle pour ton message ! Tu as raison, ‘amour inconditionnel et le pardon sont les deux clefs ultimes de notre libération <3

Lynfit · 25 février 2019 à 16 h 21 min

Mais que je suis heureuse d’être abonnée à ton blog ! Voici encore un article que j’ai lu avec délectation… chaque mot, chaque phrase est bourrée de sens et s’applique totalement à ma vision des choses… Ma vie a beaucoup changé lorsque j’ai commencé à observer les choses positives qui s’y déroulaient au lieu de toujours me plaindre des choses qui n’allaient pas… Mon cerveau s’est ensuite entraîné à voir le beau, le positif dans mon environnement et aujourd’hui je peux dire que cela m’a transformée, bien sûr étape par étape, il faut le temps que tout se mette en place… mais ça fonctionne ! J’aime beaucoup l’idée que les gens et les situations n’arrivent pas par hasard dans nos vies, que le destin a des plans pour nous, pour notre résussite…
Allez je partage sur facebook, c’est trop bien !
Merci 😉

    Jean-François Clausse · 17 avril 2019 à 10 h 33 min

    Roooo merci de tes mots Lynfit, tu es trop cute ! Tu as raison de dire que rien ne nous arrive par hasard, ni des événements qui nous arrivent, ni des personnes qu’on rencontre. Et même si nous ne comprenons pas toujours les messages que la vie nous envoie, le ciel nous veut du bien. N’en doutons jamais ! 🙂

Valérie · 16 avril 2019 à 22 h 00 min

C’est tellement bon et inspirant de lire ces lignes. J’applique beaucoup de ces comportements depuis quelques mois. Je sens une transformation se faire et je ne comprends plus du tout la personne que j’étais avant. Ca doit être bon signe non ? 🙂 Pour moi le plus difficile est de me rendre compte que je « m’éloigne » de la plupart des gens qui m’entourent car ils ne correspondent plus du tout à l’idée que je me fais « du monde » dans lequel il fait bon vivre. Je dois surement retravailler certains points ou alors être plus ouverte .. je ne sais pas … je trouverai peut être la réponse dans un prochain article ?

    Jean-François Clausse · 17 avril 2019 à 10 h 30 min

    Merci Valérie pour ton gentil commentaire ! Effectivement, je vais peut-être bien me pencher sur un article sur le sujet et ne manquerai pas de te citer 😉 En préambule, je peux déjà te dire que :
    1. Tu n’as pas besoin de comprendre celle que tu étais avant. En revanche, tu peux reconnaître la souffrance dans laquelle elle vivait.
    2. Ce n’est ni bon ni mauvais signe, c’est juste comme ça. Il n’y a qu’à constater et accepter. ”Ce qui est, est” disent les bouddhistes.
    3. Tu n’as rien à travailler ni à ouvrir. Tu as juste à être et à continuer à te débarrasser une à une des voiles qui troublaient ta vue, des masques qui te cachaient au regard des autres et des chaînes qui t’entravaient dans ton avancée. C’est en ce sens que je préfère parler de ”dépouillement personnel” plutôt que de de ”développement personnel”. Il s’agit plus ici de retirer quelque chose que d’acquérir ou d’obtenir.
    4. Les autres fonctionnent comme des miroirs qui te renvoient ton image. Si tu changes, les personnes changent. Donc tu n’es pas en train de t’éloigner, tu es en train de te recentrer et de modifier le monde dans lequel tu vis. Donc les gens qui le peuplent.
    Mais promis j’en reparle bientôt ! 🙂
    PS : Si évoquer ce genre de sujets et de problématiques t’intéresse, n’hésite pas à nous rejoindre lors du week-end que nous organisons du 21 au 23 juin prochain avec mon amie Satya. On va en parler et en reparler ! 🙂
    Tous les renseignements sur cette page :
    https://mapetitevoixinterieure.com/souvrir-a-son-soleil-interieur/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *